Groupe Economie du Salaire à vie

Groupe Economie du Salaire à vie

Notre groupe s’est constitué en vue d’élaborer un mode de création-destruction monétaire correspondant au projet politique de Réseau Salariat. Un premier modèle, celui de Bertrand BONY, fut diffusé en 2016 dans la brochure « Caisses d’investissement et monnaie », mais ce modèle, si novateur soit-il, fut l’objet de critiques dont certaines nous semblent justifiées, notamment en ce qui concerne la notion d’ « investissement » elle-même. De plus, il y manque le mode de calcul des prix des marchandises sur un marché socialisé, ce que nos adversaires ont souligné à juste titre. Ce travail nous a donc semblé nécessaire en termes de crédibilité des thèses que nous avançons. A cela s’est ajoutée la volonté d’affûter nos arguments pour contester le remboursement des dettes des entreprises. Il est urgent de faire entendre un discours propre à démystifier la propagande des banques, non seulement sur une posture morale, mais également sur des propositions concrètes, c’est-à-dire très précises dans leurs aspects techniques.

Nos travaux se sont concentrés sur le modèle « final » de création-destruction monétaire dans un monde où le droit politique au salaire (ou « salaire à vie ») serait institué. Nous sommes bien conscients qu’une période de transition sera probablement nécessaire, mais nous estimons important de présenter un modèle parfaitement fonctionnel au-delà de cette période, c’est-à-dire au-delà du mode de production capitaliste.

Suivant les thèses diffusées par notre association, cette période de transition est en cours depuis l’institution du régime général de la sécurité sociale en 1946. Nous souhaitons poursuivre cette transition à travers la Sécurité Sociale de l’Alimentation (SSA), de la Culture (SSC), mais aussi d’autres secteurs d’activités tels que l’énergie, le transport, le logement, etc. C’est ainsi que la proportion de citoyens titulaires du droit politique au salaire serait toujours plus grande et que notre économie serait de plus en plus communiste. Cette révolution progressive de la production s’accompagne habituellement d’un « vocabulaire de transition » que notre groupe de travail a peu à peu évacué. En effet, des termes tels que « subvention », « financement » ou « investissement » nous ont semblé inadaptés à une économie du salaire à vie. Quand bien même nous conservons l’outil monétaire, il n’y a rien à « financer ». Tous les citoyen·ne·s-producteur·trice·s étant titulaires du droit politique au salaire, toute la production est déjà « financée ». Dès lors, notre monnaie a pour principale fonction celle de distribuer la production finale. Quant à nos « Caisses d’investissements », elles sont désormais des « Comités économiques » car leur fonction consiste à orienter et coordonner la production et la division du travail. Il s’agit donc de sortir de l’emprise culturelle du capitalisme en affirmant que la production ne nécessite que du travail et des matières premières. La monnaie en elle-même ne produit jamais rien.

Vous pouvez contacter le Groupe Economie du Salaire à vie en utilisant le formulaire ci-dessous.
Il se peut que nous mettions du temps à répondre. Dans ce cas, n'hésitez pas à écrire à la commission administrative de Réseau Salariat à travers le rubrique Contactez-nous.