Séminaire 2023-2024 Sécurité Sociale de l'Alimentation : "La bataille de la sécu"

Mardi 26 mars 2024  
19:00 - 21:00
Paris
Adresse:
Bourse du Travail (salle Eugène Henaff)
85 rue de charlot
75003 Paris
Catégories Débat Formation Conférence
Intervenants Nicolas Da Silva
Organisateurs Réseau Salariat GT Alimentation GL Grand-Paris PEPS
Présentation

Cette sixième séance de la saison 6 du séminaire de Réseau Salariat Révolution et contre-révolution dans l'institution du travail consacrée pour cette édition 2023-2024 à la Sécurité Sociale de l'Alimentation est organisée en commun avec le séminaire d’auto-formation de PEPS, Pour une Écologie Populaire et Sociale, intitulé La Démocratie alimentaire à l’épreuve du communalisme.

Nicolas Da Silva, économiste, viendra présenter La bataille de la sécu. Une histoire du système de santé le mardi 26 mars de 19H à 21H (accueil dès 18H30) à la Bourse du Travail de Paris, salle Eugène Henaff, 85 rue de charlot 75003 Paris. Son intervention fera l’objet d’une diffusion en direct sur les réseaux sociaux de PEPS.

Il viendra illustrer comment nous sommes parvenus en 1946 à arracher au capitalisme, le secteur de la santé, au terme d’une histoire politique longue et conflictuelle, dans laquelle l’État d’abord désengagé du soin, laisse du champ à l’organisation solidaire des travailleurs, tout en intensifiant au début du XXe siècle, la mise en place de politiques publiques de santé et un système de soins au service du contrôle des populations en vue de la Guerre totale.

Depuis 1946, qui a vu l’unification des dispositifs de protection sociale et de soin dans le Régime Général de Sécurité Sociale, sont à l’œuvre deux logiques antagonistes celle de la “Sociale”, fondée sur l’autogouvernement du système de santé par les intéressés eux-mêmes et celle de “l’État social” qui, appliquant l’agenda de la classe dirigeante, mène l’étatisation de la sécurité sociale pour en subvertir le principe de solidarité en ouvrant la voie à un capitalisme sanitaire dont on ne cesse de constater les dégâts.

Il nous apparaît indispensable de nous inspirer du Régime Général de Sécurité Sociale de 1946 et de comprendre les rapports force à l’œuvre dans sa création et son évolution pour envisager la création d’un régime général de l’alimentation, en toute lucidité et en toute conscience de l’opposition de l’État capitaliste qu’il suscitera.

Comme le dit PEPS :

Il nous apparaît aujourd’hui central de faire de l’alimentation un bien de toutes et tous et de sortir du marché capitaliste pour répondre à nos besoins alimentaires. En reprenant la main sur l’ensemble de la chaîne de l’alimentation de la production à nos repas, la SSA va permettre d’en finir avec un modèle alimentaire productiviste pour lequel la seule voie d’avenir se trouve dans la mécanisation et la technologie, la domination du vivant et l’utilisation abusive d’intrants chimiques. Nous ne voulons pas d’un pays avec moins de cent mille paysans et paysannes et une agro-industrie qui dicte les choix politiques comme les habitus alimentaires.

Dans la continuité des caisses d’investissements qui ont permis à la France de se doter d’un système hospitalier moderne sans passer par l’emprunt bancaire, nous affirmons qu’une transformation du système agro-industriel nécessite de reprendre cette gestion de l’investissement dans la filière alimentaire.

C’est dans cet objectif de lutte contre l’accumulation de biens que les enjeux de réappropriation des technologies et techniques agricoles, des ateliers de transformations alimentaires et des systèmes de distribution sont placés au cœur de la proposition de SSA.

Plus d'informations sur la présentation détaillée du séminaire.