AppelSeFederer : Rencontre autour du postcapitalisme, 7 février !

Dimanche 7 février 2021  
10:30-17:30
Adresse:
Zoom
Catégories Rencontre Formation Débat
Intervenants
Organisateurs Se fédérer
Présentation

Bonjour à chacune et chacun,

Nous nous réjouissons de vous retrouver le 7 février prochain pour réfléchir ensemble au postcapitalisme et au “déjà là” qui se pratique au quotidien. Voici le lien: https://zoom.us/j/98863438289

Et ci-dessous le rappel des enjeux.

Bonne journée et à très bientôt, nous l’espérons vivement.

L'équipe d’animation de Se fédérer

-

-

Se retrouver, se fédérer !

Rencontre autour du postcapitalisme le dimanche 7 février :

quelles stratégies et alternatives tangibles ?

Après plusieurs soirées thématiques consacrées à des enjeux stratégiques, Se fédérer propose une rencontre en ligne le dimanche 7 février, sous la forme d’une assemblée de discussion, pour mettre en partage les avis, souhaits, réflexions et pratiques concrètes des signataires de l’appel. Elle se déroulera en trois temps : plénière d'échange collectif, ateliers thématiques, plénière de restitution et de conclusions. Le thème qui structurera la rencontre nous paraît décisif : comment envisageons-nous le postcapitalisme

La situation que nous traversons est pétrie de contradictions : d’un côté elle est rude, terrible à certains égards, parfois désespérante ; mais de l’autre, elle est aussi porteuse d’alternatives tangibles, de pratiques concrètes en rupture avec la logique écrasante de l’autoritarisme politique et de la marchandisation généralisée. C’est pour contribuer à la mise en commun de ces alternatives que Se fédérer s’est constitué. Nous avons plus que jamais besoin de nous retrouver pour en parler, échanger, rendre vivants nos espoirs et nos projets.

Nous savons bien que nous manquons, trop souvent, de temps ; que ce système nous happe dans ce que nous avons de précieux, et en particulier le temps, donc, précipité, morcelé, dévoré par une logique de la sollicitation permanente. Mais ce temps, nous vous proposons de contribuer à le reprendre ensemble. En rédigeant, signant et diffusant l’appel « Se fédérer », nous nous étions dit que notre engagement ne serait pas une énième tribune qui lancerait une incantation magique. L’appel entendait participer à deux nécessités : éviter le morcellement en rassemblant les forces des individus et des collectifs ; réfléchir non pas seulement aux revendications immédiates et aux luttes qui les portent, non pas seulement à un éventuel « monde d’après », mais aux conditions concrètes, politiques, stratégiques, pour faire le lien entre cet aujourd’hui et ce demain espéré, une société débarrassée de l’oppression et de l’exploitation. 

Donc, après les soirées thématiques organisées chaque fois autour de ces enjeux et que bien sûr nous poursuivrons, Se fédérer propose pour le 7 février une rencontre plus longue et d’un autre format. Nous espérons vivement que vous serez là ! 

La proposition est de réfléchir à cette question si décisive de ce que nous pouvons entendre par « postcapitalisme ». Si l’on veut être « anticapitaliste » tout en assurant que des alternatives et pratiques existent, alors quels sont les critères permettant de parler de « postcapitalisme » ? Évidemment, l’important n’est pas dans le lexique mais bel et bien dans les réalités sociales, politiques, culturelles, artistiques que nous mettons dans ces mots. Comment qualifier cette société et cette vie non-capitalistes ? Nous avons bien conscience que dire « postcapitalisme » est encore une façon de se référer au capital, avec lequel nous voulons rompre. L’expression elle-même ne séduit-elle que parce qu’elle promet qu’un après soit possible ? Parce que son emploi au temps présent sous-entend qu’il y a un « déjà là » et qu’il y a donc à poursuivre un mouvement historique enclenché, au lieu d’attendre passivement un surgissement ? Il se pourrait aussi que le mot « postcapitalisme » fasse écran au débat sur des aspirations politiques à nommer : comment se réapproprier les mots qui nous ont été volés ou qui ont été vidés de leur sens, comment en forger d’autres ? Encore une fois, l’enjeu n’est pas purement lexical. Encore une fois, il est ouvert au débat.

Cette rencontre ne sera donc pas une assemblée classique mais plutôt un forum ouvert. Pour articuler ces discussions stratégiques avec de vraies rencontres, pour ressentir le souffle et la chaleur que peut malgré tout procurer le digital dans nos vies en partie confinées, le format privilégiera une horizontalité à laquelle nous tenons particulièrement :

-       de 10h30 à 13h, après une brève présentation des enjeux par l'équipe d’animation, la matinée sera consacrée à une libre tribune collective pour que chacun et chacune contribue à poser avec ses mots les termes du débat.

-       de 14h30 à 16h30, des moments en groupes permettront d’approfondir la discussion et de se rencontrer autour des conversations que nous aurons identifiées comme stratégiques à poursuivre.

-       de 16h30 à 17h30, une restitution collective offrira de synthétiser les avancées que cette rencontre aura permises.

Notre souhait est bien de construire les conditions permettant de se fédérer, en forgeant un des rares espaces-temps où peuvent se discuter les stratégies à déployer pour en finir avec le capitalisme, et où circulent aussi de manière accessible et visible les expériences alternatives déjà à notre portée. Le tout avec lucidité sur les obstacles et les impasses déjà rencontrées. On ne peut certes pas être de tous les combats ; mais si vous ressentez la saveur stratégique de celui-ci, réservez la date. À très bientôt donc.