Le salaire à vie (même) pour les nuls - Chapitre III

par Franck Lebas 14 janvier 2017

    Le salaire à vie (même) pour les nuls - Chapitre III

    Les contours du « vrai-travail-productif » visent seulement à exclure certaines catégories de travailleurs. Pourtant, tout travail peut être reconnu par du salaire. Il faut à présent dresser un bilan du monde du travail (chômage, automatisation, entreprises), afin d’en déduire les directions à prendre pour émanciper le travail du flicage à vie, tout en développant le travail collectif.

    Les sociétés modernes donnent l’impression d’être saturées d’activités, d’avoir mis en circulation autant de travail qu’il est possible d’en créer dans l’espace économique. En témoignent les industries gigantesques, les entrepôts pharaoniques, les réseaux tentaculaires de boutiques, les centres commerciaux démesurés, les embouteillages aux abords des villes, les constructions tous azimuts, etc.

    Cette impression est doublement erronée. Elle l’est sur le plan quantitatif, mais aussi sur le plan qualitatif. Nous allons examiner ces plans successivement.

    Pas assez de travail pour tout le monde ?

    Que la quantité de travail soit arrivée à saturation, cela semble être confirmé par un symptôme inquiétant : le chômage.

    La télé, les radios, les journaux, sont quasi unanimes : les entreprises n’arrivent plus à « fournir du travail » à tout le monde. Ce mal terrible s’est même propagé aux écoles (les salles de classe débordent), aux administrations publiques (impossible de créer des postes de fonctionnaires : avec quel argent ?), au monde agricole (impossible d’absorber d’autres agriculteurs : toute la surface cultivable est déjà vendue), etc. Et ça ne va pas s’arranger : d’un côté, les robots piquent des postes de travail à ceux qui en ont encore un, de l’autre la population ne cesse de croître sous l’effet de l’immigration !

    — Au secours !!!

    Comme il se doit, cette fable serait incomplète sans le chapelet des « solutions » : alléger la fonction publique, partager le temps de travail, refouler les immigrés, distribuer un revenu de base, bla, bla, bla…

    Rassurez-vous, le cauchemar est fini, il est l’heure de se réveiller : tout ce discours n’est qu’un mauvais rêve, la vraie vie est complètement différente.

    — Ouf !

    Reprenons depuis le début :

    La quantité de travail qu’une communauté humaine est capable de mettre en circulation augmente avec la taille de cette communauté. Prenons un exemple. Si l’on accueille 1000 immigrés, ça ne fait pas seulement 1000 bouches à nourrir. Car il y a parmi eux des menuisiers, des instituteurs, des maçons, des sages-femmes, des agriculteurs, des ingénieurs, etc. En un mot, ces immigrés sont aussi des travailleurs ! Ils vont permettre des créations d’entreprises, participer à leur construction, à leur financement et à leur fonctionnement. Comment ? Tout simplement par leur travail, qui viendra s’ajouter à la somme de travail qui était déjà en circulation. Même conséquence du côté de la fonction publique : l’État n’aura aucun mal à payer les salaires de fonctionnaires que ces 1000 immigrés vont nécessiter (enseignants, soignants, administrateurs, etc.), ni à financer leurs aides sociales, puisque les caisses vont recevoir les sommes correspondantes en impôts et cotisations supplémentaires. Au-delà de l’exemple de l’immigration, ce raisonnement montre plus généralement qu’il est impossible qu’une population soit trop nombreuse par rapport à la quantité de travail que son espace économique peut mettre en circulation. C’est impossible car cette quantité de travail possible est définie par… la population elle-même ! Qu’un pays refoule des travailleurs au prétexte d’un manque de travail, c’est un peu comme si la savane refoulait des zèbres au prétexte d’un manque de rayures !

    Conclusion : le chômage est un processus artificiellement construit et entretenu pour empêcher un certain travail, pour priver une part de la population de l’accès à certains lieux de travail. Ceux qui organisent ce barrage (via tout un réseau d’influence, dans le monde de l’entreprise et dans le pouvoir politique) en tirent profit : le chômage entretient une pression sur les salaires et sur le droit du travail, au bénéfice de quelques profiteurs.

    Par définition, les rentiers et les actionnaires détournent une part de ce que produisent les travailleurs. Mais grâce au chômage, ils en détournent davantage. Et surtout ils confortent durablement leur position dominante.

    L’automatisation : un danger pour le travail ?

    On peut faire une analyse semblable des discours sur l’automatisation, présentée à tort comme étant intrinsèquement une menace pesant sur le monde du travail. L’automatisation des tâches pénibles n’est pas une menace, c’est toujours une bonne nouvelle. En revanche, confier à un robot un travail que des gens aiment faire est, potentiellement, une mauvaise nouvelle. Ça n’en devient une bonne que lorsque ces mêmes gens réalisent qu’ils vont avoir la possibilité de faire des choses tout aussi intéressantes, ou de façon plus agréable. Ainsi, les comptables sont bien aidés par l’informatique et ne regrettent sans doute pas la période des cahiers de compte sur papier, malgré la nostalgie. Les architectes regrettent parfois l’époque de tracés de plans, mais l’ordinateur leur ouvre un univers de possibilités nouvelles. Le raisonnement est bien connu : ni les allumeurs de réverbères, ni les dactylographes, ni les réparateurs de téléviseurs à lampes ne sont morts de faim. La disparition de ces métiers a été compensée par la création de nouveaux (techniciens du gaz, informaticiens, électroniciens) et par une baisse structurelle du nombre d’heures travaillées. Il est regrettable que cette baisse généralisée soit rendue totalement déséquilibrée par le marché du travail (certains travaillant trop pendant que d’autres sont au chômage), mais ça n’est pas à imputer à l’automatisation elle-même.

    Les robots ne remplacent pas le travail humain, ils le déplacent. Chaque fois que telle automatisation fait disparaître une activité humaine, de nouvelles tâches apparaissent, dans le même secteur d’activité ou dans un autre, et/ou un nouveau rapport au temps et à l’effort se fait jour, dans le travail mais aussi dans les loisirs. N’oublions pas, en effet, qu’une partie des nouvelles activités peut sortir de la sphère du travail pour entrer dans celle des loisirs. Pourquoi s’en plaindre ?

    Cependant, ce processus d’adaptation à l’automatisation ne signifie pas que toute automatisation est bonne à prendre. Par exemple, je ne connais pas d’ébéniste qui ait investi dans des machines numériques à usiner, dont la précision est pourtant inégalable. L’industrie textile n’a pas fait disparaître le tricot ni la broderie à la main. De même, les joueurs de backgammon continuent à organiser des tournois, même si aucun joueur ne peut battre le meilleur logiciel de ce jeu. Autrement dit, quand une nouvelle possibilité d’automatisation apparaît, il ne faut pas oublier que nous devons conserver le choix entre s’en servir ou non. Malheureusement, tant que les décisions économiques seront concentrées dans les mains de rentiers, qui n’ont comme critère que la rentabilité, l’automatisation s’appliquera aveuglément, sans discernement, jusqu’à mettre en péril des pans entiers d’activité ou des métiers (menuisier, couturière, services divers comme agent de voyage, guide de musée, pompiste, etc.), sans réel bénéfice collectif. La production agricole intensive est un des exemples de situations catastrophiques auxquelles peut mener cet aveuglement.

    L’automatisation n’est donc pas nuisible en elle-même. Mais l’automatisation excessive et incontrôlée est induite par des intérêts privés, concentrés dans quelques mains. Tout comme la mécanique du chômage.

    Nous sommes pourtant en mesure de reprendre la main. Les excès de l’automatisation peuvent être évités si le processus de décision est débarrassé des conflits d’intérêts. Le chômage peut être évité si la rémunération est affectée aux personnes et non pas aux postes. La fonction publique en fait, aujourd’hui déjà, la démonstration : il est possible d’organiser une somme considérable de travail collectif, et de distribuer des salaires, sans conflit d’intérêts et sans chômage. Généraliser ce système est possible, mais ça ne passe pas par une baisse du chômage jusqu’à l’obtention du « plein emploi ». La fonction publique ne correspond pas à une situation de « plein emploi », au contraire, elle correspond à une situation de « zéro employeur » ! L’objectif de la baisse du chômage, qui est posé comme un horizon de la lutte sociale, est donc un leurre. Pour éradiquer le chômage, il ne faut pas le faire baisser, il faut organiser la production autrement, par des mécanismes dans lesquels le concept de chômage n’a pas sa place.

    Le chômage introduit donc un prisme déformant dans notre perception quantitative du travail. Mais nous subissons une autre illusion, sur le plan qualitatif cette fois. Nous imaginons que la modernité s’applique à mettre en œuvre tous les procédés récents, toutes les innovations, au service de notre bienêtre collectif et individuel. Malheureusement, nous en sommes loin !

    Nous manquons de tout !

    Trouvez-vous que le travail d’enseignement fait à destination de la jeunesse est arrivé à saturation ? Avez-vous l’impression qu’il y ait suffisamment de consultations médicales et de soins pratiqués, dans les hôpitaux, les cabinets privés, les maternités, etc. ? Que les aliments que nous consommons sont passés par des chaînes de travail satisfaisantes ? Que l’énergie que nous utilisons est produite dans des conditions optimales et utilise des procédés satisfaisants ? La réponse est, bien entendu, négative, sur tous ces points et sur bien d’autres. Le bilan est que, globalement, notre impression d’avoir atteint un confort moderne et une organisation du travail de très haut niveau, est totalement faussée. Le paradoxe, qui n’a rien à voir avec celui du chômage, est donc que, par rapport à ce qu’il serait possible et utile de faire, nous manquons de tout !

    Nous manquons de médecins spécialistes, de médecins de garde, de services d’urgence, de professeurs, de chercheurs, de maisons de retraite, etc., mais aussi de production agricole, énergétique, industrielle, manufacturière, artisanale, de services, etc. Faire ce constat n’implique pas adhésion aux discours productivistes, bien au contraire : c’est précisément parce que l’économie est engagée dans un productivisme délirant que nous manquons de beaucoup de choses. Le fait d’avoir le choix entre des centaines de sortes de T-shirts, de téléphones et de voitures, mais aussi le fait que certains privilégiés puissent acheter des yachts démesurés et des jets privés parmi des centaines de modèles différents (fabriqués par des travailleurs qui ne les utiliseront jamais), tout cela implique que le commun des mortels doive galérer pour consulter un ophtalmologiste, s’occuper d’un parent âgé devenu dépendant, subir la pollution pétrolière, passer des heures à trouver un plombier, remplacer une voiture alors qu’elle est réparable, s’arracher les cheveux devant une armoire à monter en kit, etc.

    Les sociétés actuelles (qu’elles soient dites « modernes » ou non) sont donc en carence grave d’activités, simplement utiles ou même vitales, et, dans le même temps, la main-d’œuvre disponible est sous-utilisée et mal utilisée.

    Une petite part de ces activités manquantes est comblée, tant bien que mal, par des gens qui n’en tirent qu’une reconnaissance faible ou nulle : bénévolat, action caritative, travail invisible des femmes, des retraités, des chômeurs, etc. Mais nous sommes très loin du compte.

    Par ailleurs, des millions de personnes s’astreignent à des activités nuisibles : fabriquer des objets en un nombre vertigineux de variantes inutiles, avec des techniques dégradantes pour la santé mentale et physique (travail à la chaîne, organisations débilitantes, etc.) et des énergies ou ressources dépassées et polluantes (le pétrole, le plastique, le nucléaire, etc.) mais favorables à des rentes de situation.

    Inversement, dans de très nombreux cas, les objets dont nous aurions besoin ou envie en un grand nombre de variantes, sont normalisés et standardisés. Acheter une fenêtre en bois plutôt qu’en plastique est devenu très difficile, faire faire un meuble est un luxe réservé aux plus riches, de même qu’acheter un vêtement sur mesure. Nombre de variétés de tomates ont disparu, mais vous pouvez choisir votre grille-pain parmi des dizaines de modèles, qui en réalité se ressemblent tous. Internet et les médias traditionnels déversent des flots d’informations, mais puisent pratiquement aux mêmes sources et sont détenus par une poignée de propriétaires, pendant que les journaux réellement indépendants se comptent sur les doigts d’une seule main. Et si vous cherchez un cadeau original, n’espérez pas trop de la ville d’à côté, car elle contient les mêmes chaînes de magasins.

    Le constat est le même pour les activités récentes ou émergentes : le monde du jeu vidéo est étouffé par de grands groupes qui standardisent le secteur, les réseaux de partage (covoiturage, partage d’objets, de services, etc.) sont monopolistiques et construisent autant de verrous qu’ils libèrent de possibilités, le monde de l’informatique et d’Internet est bridé par des géants commerciaux, la diversité des sports est écrasée par le foot, les nouvelles technologies de moteurs non polluants ou de plastiques écologiques se heurtent au mur de la rente des pays producteurs de pétrole et de toute la superstructure politique qui s’est construite sur cette ressource, etc.

    Nous pouvons comprendre aussi, à présent, pourquoi l’objectif du plein emploi ne résoudrait pratiquement rien au problème de fond. Si tout le monde avait un emploi et si toutes les entreprises continuaient à imposer ces emplois que nous voyons circuler sur le marché du travail, il resterait tout autant de travail nécessaire non fait, autant de travail nuisible, etc. Bien entendu, les pouvoirs financiers agissent dans l’espace politico-médiatique pour que la bataille se déroule sur leur terrain, c’est-à-dire pour nous faire désirer le plein emploi, pour nous faire croire que la fin du chômage est l’horizon de la lutte sociale. Et pourtant, en lui-même, le plein emploi n’est pas une solution face au productivisme nuisible, au travail polluant, et à la carence de travail utile.

    En conclusion, l’espace de production économique, dans un sens très marge, n’est pas du tout saturé. Au contraire, nous manquons de tout. Une somme colossale de travail est affectée à des activités nuisibles ou inutiles, qui font barrage à des activités dont nous manquons, et c’est précisément cette profusion d’activités qui explique que, tout à la fois, nous avons l’impression trompeuse d’être dans un confort inégalé et que nous sommes, en réalité, privés de beaucoup de choses.

    Carence de travail et carence d’entreprises

    Certes, parmi les choses qui nous manquent, tout n’est pas à combler par du travail. Le salaire à vie, parce qu’il nous libèrerait du marché de l’emploi, dégagerait tout un espace de vie personnelle, spirituelle, artistique, etc., qui nous fait défaut aussi. Mais là n’est pas l’essentiel. Pour ne pas se fracasser contre le mur écologique et climatique, le mur social des migrations dues aux guerres, le mur sanitaire des épidémies et le mur économique de la pauvreté généralisée, il ne suffit pas de se dégager du « temps pour soi ». L’essentiel de ce dont nous manquons nécessite du travail collectif, coordonné, structuré. Il faut donc inventer une autre organisation de la production économique, avec d’autres règles et sur toutes les échelles possibles : TPE, PME, grandes entreprises, industries, administrations, réseaux, etc.

    Là réside le réel pouvoir : maîtriser ce qui se passe dans les entreprises, quelle que soit leur taille. Quels sont les objectifs des entreprises ? Qui les contrôle ? Qui les finance ? C’est dans les réponses à ces questions que réside la clef de notre destin collectif.

    Les mêmes causes ayant tendance à produire les mêmes effets, tant que cette maîtrise tombera dans les mains de catégories (par exemple, anciennement : la noblesse), de groupes particuliers (exemple : la bourgeoisie industrielle) ou d’institutions spécifiques (exemple : l’État), nous retomberons dans les mêmes ornières. La seule échappatoire est que cette maîtrise soit socialisée, que les prises de décisions soient toujours en mouvement, jamais totalement stabilisées, toujours en débat, et que les moyens d’application de ces décisions soient eux-mêmes socialisés.

    Voilà pourquoi il faut orienter la structure entrepreneuriale vers un nouveau cahier des charges : (1) des entreprises indépendantes des pouvoirs de l’argent mais suffisamment financées, (2) libres d’agir mais transparentes et évaluées démocratiquement, (3) dans une économie non planifiée mais possible à orienter.

    L’équilibre à trouver est antagoniste au capitalisme. Pourtant, au sein même du capitalisme actuel, une bonne part du chemin est déjà parcouru. Il ne tient qu’à nous de le continuer. Le chapitre suivant détaillera ces trois points, qui forment le socle économique du « salaire à vie ».

    Toujours pas convaincu-e ? C’est parce que vous n’avez pas encore lu le quatrième chapitre. Patience, d’abord il faut que je l’écrive…

    Ce texte n'engage que moi, mais il découle de mon parcours au sein de Réseau Salariat.

    L'image en tête est un montage fait à partir des couvertures de la collection "Pour les Nuls" aux éditions First & First Interactive. Ce titre n'existe pas (encore) au catalogue.