Lettre aux sympathisants, les idées en débats pour 2016 (Avril 2016)

by Réseau Salariat April 4, 2016

    Chers amies, chers amis !

    Nous avons fêté nos quatre ans d’existence le 19 mars dernier à notre Assemblée Générale annuelle. En quatre ans, nous avons parcouru beaucoup de chemin, et cette année est une année charnière à plusieurs égards. D’abord nos thèses sont passées de confidentielles à assez connues (en tous cas dans certains milieux), grâce à plusieurs facteurs, la vidéo d’Usul en est un, mais aussi le retour dans le débat du revenu de base, et les nouvelles luttes sociales dont la manifestation la plus originale en France est la Nuit debout où nous sommes présentes et présents. Par voie de conséquence, les groupes locaux se sont multipliés, notre association couvre maintenant presque toute la France, et nous avons même des groupes de militantes et de militants en Belgique et en Suisse.

    Vous trouverez ci-après le détail de leurs activités. Si vous souhaitez rejoindre un de ces groupes locaux il vous suffit d’aller sur notre site pour entrer en contact avec leurs responsables.

    Cet été nous organisons des Estivales en Corrèze, très précisément dans la commune de Saint-Martin-la-Méanne (19320) qui se situe entre Argentat et Egletons dans la région de Tulle, pendant le long week-end du 13-14-15 août (soit du vendredi 12 au soir au lundi 15 après-midi) pour approfondir notre réflexion dans la bonne humeur et la convivialité. Vous trouverez tous les détails sur le site. Pour y participer, il suffit d’adhérer à Réseau Salariat et de s’inscrire.

    A propos, n’oubliez pas de consulter régulièrement l’agenda de notre site pour ne pas manquer les nombreuses initiatives que nous organisons ou auxquelles nous sommes invitées et invités à la demande de syndicats, d’associations et d’organisations diverses.

    Bien amicalement,

    Réseau Salariat

    Rapport d’activité des groupes locaux

    Le rôle de la coordination nationale est de diffuser vers les groupes-locaux une lettre régulière (6 pour la période avril 2015 mars 2016) qui contient une série de mises à jour concernant le fonctionnement des outils de Réseau-Salariat, dans certains cas une série d’informations sur l’activité externe et interne de Réseau-Salariat, et qui contient les informations que tout groupe-local souhaite voir diffuser auprès des autres groupes locaux.

    À côté de cette fonction de relais, la coordination nationale s’intéresse également à l’activité des groupes thématiques et fonctionnels, dont le résultat pourrait constituer de futurs supports pédagogiques qui seraient ensuite utilisés par les groupes-locaux pour leur autoformation et leur activité externe.

    Enfin, la coordination nationale a organisé une rencontre des groupes locaux à l’occasion des deux week-end de formation.

    Auvergne

    Le groupe est composé de 6 membres. Il a été réactivé et repris en charge le 27 novembre 2015, le bilan est donc très mince pour l’année 2015. Réseau Salariat a été contacté par le Parti de Gauche du Puy-de-Dôme (63) pour participer à une « convention » sur le salariat, prévue pour mars 2016. Le groupe local a répondu présent et participe aux réunions préparatoires. Un contact a été pris également avec les Amis du Monde Diplomatique du Puy-de-Dôme (intervention de Franck Lebas prévue pour le 5 mars 2016) et les Amis du Temps des Cerises (conférence de Bernard Friot prévue pour le 28 avril 2016).

    Des tracts de Réseau Salariat ont été distribués lors des célébrations des 70 ans de la sécurité sociale, le 8 octobre 2015.

    Bretagne

    La Bretagne compte une vingtaine d'adhérents et une dizaine de sympathisants, répartis dans les quatre départements. Mais on ne peut pas parler d'un groupe breton en tant que tel.

    Il existe cependant :

    • des adhérents qui ont participé à diverses manifestations (stands, rencontres publiques,…)
    • un groupe finistérien, constitué autour de militants d'AC ! Quimper. Ce groupe existe depuis plusieurs années déjà. Pour 2015, on retrouve le même type d'action que les années passées : le site continue de fonctionner, le groupe à renouveler sa participation à des événements (foire à l'autogestion de Quimper, …).
    • une conférence gesticulée bretonne. Elle s'est produite deux fois en 2015 : une fois à Douarnenez dans le cadre d'Alternatiba et une fois à Brest, dans le cadre d'une manifestation du syndicat Solidaires.
    • une page facebook « groupe local Bretagne »

    À venir :

    • une journée de formation régionale prévue pour avril 2016
    • une rencontre des adhérents rennais

    Centre

    Il n'y a pas encore de groupe local constitué en région Centre. Selon les dernières informations, il y a 16 adhérents. Les deux tiers de ces personnes viennent du Cher et du Loiret puis le dernier tiers de Touraine et de l'Indre (où je vis).

    Cette année, Bernard Friot est venu à deux reprises au café Repaire de Vierzon. Sinon, je n'ai eu que deux/trois contacts par mail avec des gens de Touraine principalement.

    On doit se recontacter et /ou se voir mais ce n'est pas évident avec la distance et les emplois du temps respectifs. D'ailleurs, je dois rencontrer Maxime Lenoble, qui fait venir la conférence gesticulée sur le salaire à vie, en co-organisation avec la Scop l'Engrenage fin février, à côté de Loches, à Dolus le Sec, en coopération également avec l’AMAP la ferme Belêtre.

    Pour 2016, la conférence gesticulée « 1945 : on continue ! » devrait avoir lieu à Châteauroux, à l'invitation de l'UD CGT.

    Pays de la Loire

    Réseau Salariat : Renforcer notre empathie

    Avant d'aller plus loin sur la « trame proposée » du rapport d'activité, je voudrais préciser quelques points. La création d'un groupe local suppose la réunion de bonnes volontés militantes plus ou moins homogènes. Notre groupe est issu de la volonté commune de nous rassembler pour échanger, s'éduquer, apprendre, transmettre, accueillir autour des propositions de Bernard Friot et de son réseau d'éducation populaire « Réseau Salariat ». Pour nous situer vis-à-vis d'autres groupes, nous sommes, depuis notre première réunion en janvier 2015, très divers dans nos origines. Cela suppose d'apprendre à se connaitre, à développer la mise à niveau de chacun sur les thèmes de Réseau Salariat, mais aussi & surtout à intégrer un savoir-vivre « associatif » à tisser individuellement et collectivement au fur et à mesure des rencontres. Car le constat est clair, nous ne sommes pas tous issus d'une culture associative, syndicale, militante ou politique.

    Cette « unité » se cultive en réunion, lors des manifestations, des tractages, des discussions impromptues, des compromis issus de nos disputes, des déplacements militants, des rencontres personnelles et professionnelles. Tout un aspect de la vie d'un collectif qui ne rentre pas dans la trame indiquée. C'est par tous ces aspects qu'un groupe local montre sa force d'accueil, sa détermination à surmonter l'appréhension de nouvelles rencontres, sa capacité à apprendre dans les échecs et à construire une dynamique qui malgré les absences, les incompréhensions, les déceptions préparent les succès de demain. Je ne vois pas au sein de la trame tout cet aspect « humain » qui fait régulièrement défaut dans nos supports et échanges. Je tiens à insister sur cet aspect qui doit nous permettre de nous différencier d'autres groupes militants qui ont pour objet le même thème du revenu « universel » et citoyen. Cela doit nous aider à développer notre ressenti des attentes du public qui n'attend qu'une empathie plus grande de notre part.

    Notre groupe local

    Création du groupe en janvier 2015 à Nantes, puis nous nous sommes réunis à Angers, Ancenis & Nantes selon les disponibilités de chacun. Nous sommes autour d'une quinzaine de membres impliqués avec environ 8 membres très actifs. Hétérogénéités géographiques, socio professionnelle, d'âges, et d'opinion sont une grande richesse interne et une difficulté à surmonter. Nous souhaiterions pouvoir accueillir plus de personnes issues de quartiers dits « populaires » issues de métiers « manuels » ou « opérationnels » ainsi que provenant du milieu étudiant.

    L'évolution du nombre de présents en réunion est très variable, le premier cercle amical a contribué à quelques réunions autour de vingt personnes assez rapidement. Puis après septembre, nous sommes retombés à des étiages faibles avec moins de 10 personnes. Peut-être que notre volonté d'être sans réelle hiérarchie fonctionnelle nous a desservis. Nous avons ainsi mis sur la table l'intérêt de se structurer. Cela génère des désaccords qui peuvent assez rapidement faire naître des solutions nouvelles plutôt que les éternelles apories des discussions sans fin. D'autant que nous avons encore tellement de travail à effectuer sur diverses pistes, que nous ne devons pas perdre notre énergie dans ces impasses.

    L'autoformation

    Nous avons commencé par quelques tentatives d'autoformation autour du livre « Émanciper le travail ». Rapidement, nous nous sommes aperçus que l'attention du groupe et les méthodes n'étaient pas au rendez-vous pour être efficace. Ensuite, le projet de prise de parole à Alternatiba Nantes en septembre 2015 a concentré l'attention de ceux qui en ont pris la charge. Henri Uzureau en a fait un compte rendu vers Réseau Salariat.

    L'autoformation n'est pas notre point fort ! Nous avons du mal à structurer nos échanges en groupe. Certains durant cette première année ont plutôt mis en avant leurs points de vue. Cela nous a permis de nous connaître et de positionner chacun face à ses erreurs et ses compréhensions. D'autres, plus en attente d'éducation populaire, n'ont pas été satisfaits. Le manque de structure dans l'autoformation n'a certainement pas permis de stabiliser notre groupe à un niveau plus élevé de participants.

    Nous avons convenu en 2016 de structurer des réunions d'accueil ouvertes aux nouveaux adhérents et d'autre part de se retrouver entre « militants expérimentés » pour développer les outils nécessaires. Nous avons commencé par visionner le Web documentaire Les Parasites dont le sujet est la fin des « allocations chômage à vie » en Belgique, puis nous avons prévu sur février la vidéo d'Usul présentant les travaux de Bernard Friot. Cela nous permet à la fois d'avoir un support d'accueil, d'échange entre nous et avec les nouveaux venus.

    Cela participe peu ou prou à l'autoformation. Le débat est ouvert sur les formes de l'autoformation à définir pour le groupe. Les propositions se font jour : Stéphane Pichelin nous propose un « cursus classique » issu de ses connaissances marxistes Franck Forcier propose des séances de projection vidéo suivie des questions-réponses, Antoine Dandonneau en profite pour poser la question du lien politique de nos propositions. Le débat est lancé et pourrait bien simplement se conclure par l'addition des propositions.

    Nous devons clairement améliorer notre savoir-faire et notre savoir-être en ce domaine. Mais nous n'avons pas tous des qualités de pédagogues ni des qualités d'élèves bien soumis. Des échanges à ce sujet sur le forum ou dans un groupe existant ou à créer serait le bienvenu. Ce groupe pourrait s'intituler « aide à la dynamique des groupes locaux » je suppose que le kit militant participe de cette logique.

    Nos participations extérieures

    À Angers, Monique et Henri Uzureau ont participé à trois réunions du MFRB. Discussion très difficile dans la mesure où nous passons pour des gauchistes et des anarchistes. Ce mouvement oscille de Boutin à l’extrême centre. Pour l’instant, il nous semble que nous n’avons pas grand-chose à y faire. Nous avons eu l’impression de perdre notre temps. Cependant, le MFRB semble bien organisé, efficace, tout vient d’en haut.

    Intervention d'Henri Uzureau et de Stéphane Pichelin lors du festival Alternatiba à Nantes en septembre 2015 avec une intervention bien suivie dans une salle pleine. En parallèle, Stéphane Pichelin est intervenu sur une radio locale de Nantes. C’était notre première expérience de « sortie ». Henri Uzureau a fourni à Réseau Salariat national nos interventions et un compte rendu.

    Nous avons également participé et « tracté » aux diverses manifestations à Nantes et Angers. Le constat qui en ressort est que nous recevons un très bon accueil de nos idées par les organisations locales. Les interventions de Bernard Friot à travers toute la France et les différentes vidéos issues de ce parcours ont médiatisé et popularisé nos thèses. Nous devons être vigilants à conserver et amplifier tout le bénéfice de cette dynamique.

    Nos ambitions pour 2016

    2016 sera l'année « d'après les premières fois » ! Nous sommes d'ores et déjà attentifs à être plus régulier dans notre fonctionnement interne, à proposer des réunions d'accueil/information autour de web documentaires ou de vidéo Youtube recommandées, peu ou prou par le site Réseau Salariat.

    Nous avons également animé une conférence à Rennes lors de La semaine de la pensée marxiste organisée par l'Union des Étudiants Communistes à l'université de Rennes le 11/02/2016. Devant environ 200 personnes, Agathe Alexandre de Réseau Salariat Rennes (groupe en cours de constitution ?), Antoine Dandonneau et Franck Forcier ont ainsi pu exposer nos idées au travers d'un format original. La conférence a consisté en un premier temps « rapide » d'exposé de trente minutes dans lequel nous avons indiqué notre volonté de sortir d'un exposé classique et descendant sur les thèses de Réseau Salariat en demandant au public de nous remonter des questions par écrit. Ce fut un beau succès dont nous rendrons compte plus complètement dès que nous aurons finalisé le recensement des questions du public, le retour de la vidéo et le débriefing global.

    Pour 2016, Monique et Henri Uzureau ont pour projet de monter un spectacle sur les idées de Réseau Salariat.

    Notre ambition pour cette année est donc de nouer des relations plus nombreuses avec les organisations locales, de trouver des supports d'échanges en groupe, de préparer nos discours vers les nouveaux adhérents, d'adapter nos discours à chaque niveau d'adhérent, de structurer nos réunions dans chaque ville respective en fonction du degré de faisabilité et d'étoffer et fidéliser nos adhérents. Fort de la confiance d'une première année enrichissante en termes de vécu collectif, nous avons l'intention de développer nos capacités à intervenir auprès de différents publics. Cela permettra de faire adhérer plus de personnes à nos idées et de développer le groupe local en termes de diversité. Nous solliciterons d'autres groupes du Réseau Salariat afin de développer des synergies qui bénéficieraient à tous. Notre groupe déclare également deux candidatures au conseil d'administration.

    Rhône-Alpes Lyon

    Le groupe fonctionne depuis 2013 et représente environ 25 adhérents, s’y joignent aussi des sympathisants intéressés par les thèmes abordés.

    Nous organisons des samedis d’autoformation trois ou quatre fois par an. Sur des thèmes définis en commun et présentés par les participants (retraites, qualification, investissement, la figure de l’employeur, le statut de la fonction publique etc.), une partie est aussi souvent consacrée à l’actualité avec une lecture critique d’articles de presse. Ces journées regroupent en moyenne une douzaine de participants venant de toute la région.

    En fonction des demandes locales nous intervenons auprès d’organisations militantes (CGT, Attac, PG, Amis du Monde Diplomatique etc.)

    Midi-Pyrénées

    Activités régulières

    • Réunions du groupe local
      • Réunions bimensuelles du groupe local :
        • Objectifs: apprendre à se connaître, assurer le suivi des décisions, le partage d'information, la répartition des tâches. Pour permettre une participation la plus large possible en dépit des contraintes géographiques, une participation par Skype est proposée. Un compte rendu est assuré à tour de rôle pour diffusion à l'ensemble des adhérents du RSMP.
        • Fréquence initiale : toutes les 6 semaines, ramenée à toutes les 2 semaines Points d'amélioration: malgré la possibilité offerte d'une participation par Skype, à ces réunions ne se retrouve qu'un noyau de permanents (6 à 8 personnes), peu ou pas de participation des autres membres du groupe. Les réunions trop longues sont à éviter ; en discernant les tâches fonctionnelles (qui pour certaines peuvent se régler par mail), de temps de réflexion sur nos pratiques politiques et militantes. Il est nécessaire de revenir sur des actions menées, en questionnant les moyens d'améliorer comment passer nos idées à un auditoire non averti. Il a donc été envisagé de prévoir deux types de réunion à alterner tous les 15 jours.
      • Réunions d'auto formation :
        • Objectifs: permettre aux adhérents d'approfondir les idées de Réseau Salariat, en préparant des réunions publiques de 2h30 environ sur un thème préétabli, et annoncé par internet (JC, CGT, associations d'éducation populaire, revenu de base; la participation de ces militants est à développer). Ces réunions publiques ont lieu dans des salles mises à disposition à la pizzeria associative de la place Belfort à Toulouse. L'ambiance y est conviviale.
        • Fréquence: bimensuelle. Plus d'une vingtaine de personnes extérieures sont venues, ce qui est très positif, et 4 à 5 sont revenues à plusieurs réunions, certaines en adhérant.
        • Points d'amélioration: assurer une bonne interaction avec le public, tenir l'objectif dans un temps limité.
      • Événements publics organisés ou co-organisés par RSMP
        • février : conférence de Bernard Friot à Saint Cyprien
        • avril: rencontre de Bernard Friot et membres du Réseau Salariat avec le PG
        • juin : conférence gesticulée du Réseau Salariat « salaire à vie » à la bourse du travail
        • juin: débat Réseau Salariat (Aurélien Casta) et UEC à la fête de l'Huma sur le salaire étudiant
        • novembre: Conférence de Bernard Friot au Mirail (invitation par UEC) à propose de la formation professionnelle et le salaire étudiant
    • Actions à réengager sur 2016
      • Projet d'intervention à radio Mon Pays; ou sur tout autre média alternatif
      • faire intervenir une sociologue du travail sur les jeunes apprentis et nouvelles formes de résistance, modalités à préciser.
      • contacts à poursuivre ou a engager : CGT, PC, PG, JC, associations d'éducation populaire, SCOP, par rencontres et débats autour de notre lecture de l'économie politique

    En conclusion, notre groupe local a développé en 2015 une bonne dynamique visant à donner de la visibilité aux idées de Réseau Salariat, par tous moyens de médiations : être localement des passeurs pour une vulgarisation la plus fidèle possible.

    Ile-de-France

    Depuis la dernière AG, nous avons tenu une réunion mensuelle qui réunissait de 8 à 13 adhérents. Ces réunions avaient pour objet de préparer les actions sur le terrain et d’approfondir les thèses de Réseau Salariat. Nous avons aussi organisé une réunion des adhérents et des sympathisants d'Ile-de-France avec Bernard Friot.

    Notre groupe ayant atteint une cinquantaine de membres (et le nombre d’adhérents d'Ile-de-France s’élevant à près de 100), nous avons ressenti le besoin de créer notre propre site local pour y poster nos articles et nos comptes rendus d’action, et informer les adhérents d'Ile-de-France des évolutions internes et de l’actualité liées à nos idées et à notre action.

    Devant le succès des conférences gesticulées, nous avons décidé de monter la nôtre avec l’aide de Thierry Rouquet membre de l’Ardeur. Pour ce faire, nous avons sollicité et obtenu un budget de Réseau Salariat pour financer notre formation.

    Pour diffuser nos idées dans les manifs et autres actions, nous avons élaboré plusieurs tracts, un sur l’Austérité que nous ne rééditerons pas, un sur le salaire à vie dont nous avons recommandé 10.000 exemplaires, un qui explique le logo, un autre sur la cotisation sociale et un pour les 70 ans de la sécu. Nous donnons ou envoyons avec plaisir des tracts aux adhérents de province qui nous en demandent.

    Nous avons organisé une représentation de la conférence gesticulée, « 1945 : on continue ! ».

    Nous avons organisé quelques interventions : café-débat sur le salaire à vie à Montigny-le-Bretonneux, à Noisy-le-Sec : Continuons 1945 ! et sommes intervenus dans quelques événements : AG des retraités du syndicat des services centraux d'EDF, Journées Nationales d'Ingénieurs Sans Frontières.

    Nous avons participé à de nombreux festivals, forums ou rencontres: Village des Alternatives, Forum des chômeurs et des précaires, Festival de la CNT, Forum européen des Alternatives, Foire à l’autogestion, Alternatiba, Fête de l’Huma, Sharers & Workers, Université populaire d’Attac 78, Théâtre de l'Aquarium…

    Nous avons tenu des tables à des conférences données par de membres de Réseau Salariat dans d’autres organisations : Cercle Kairos, collectif « outils pour le soin », ingénieurs, cadres, techniciens et agents de maîtrise Mine Énergie-retraité(e)s, UFAL, Tropiques, Insee, Ensemble, Moulin à café…

    Nous avons tracté et tenu des tables à diverses manifestations ( Manifestation unitaire pour un service public de qualité, manifestation unitaire, salaires, retraites, services publics, Journée nationale d’action contre les politiques austéritaires…

    Nous souhaitons organiser l’année prochaine, en plus de nos activités actuelles, quelques débats sur des sujets proches de nos préoccupations avec des intervenants extérieurs ou internes.

    Nord-Pas-de-Calais Picardie

    Le groupe réunit une vingtaine d’adhérentes et adhérents.

    Les rencontres des membres du groupe ont débuté au printemps 2013. Plusieurs événements ont suivi dès l’automne : conférence-débat de Bernard Friot ou Pierre Rimbert sur la presse libre, projection-débat du dessin animé Pour un statut politique du producteur, autoformations à l’éducation populaire, conférence gesticulée….

    Nous participons aussi aux débats de nos amies et de nos amis : Comité du revenu de base, Amis du monde diplomatique, Union syndicale Solidaires, Espace Marx, Parti de Gauche, Europe écologie les verts, Parti communiste, Interluttant-e-s (intermittentes, intermittents et précaires), « Agitations cordiales »…

    Nous produisons une lettre d’information et avons un site web local en préparation. Soutien aux correspondantes et correspondants locaux normandes et normands.

    Bourgogne

    Le groupe a été créé début 2015, et compte désormais 5 membres.

    En 2015 : réunions dans des cafés pour discuter du Réseau Salariat, plus de très nombreuses discussions informelles, propagande au quotidien…

    2016 : deux ateliers d'éducation populaire (brise-glace, débat mouvant, mur parlant, bocal à poissons, etc. cf. notamment les méthodes proposées dans le n° 2 des cahiers du Pavé) sur les caisses d'investissement (8 personnes) et la différence emploi et travail (18 personnes).

    • Contact avec d’autres organisations (syndicats, associations, etc.)

      Contacts avec l'Union syndicale Solidaires (qui nous prêtent leurs locaux), et plus particulièrement Solidaires Étudiant-e-s dont sont membres plusieurs militantes et militants de Réseau Salariat, avec les AMD (avec qui nous avons organisé la venue de Pierre Rimbert).

    • Rapport avec des acteurs du débat public

      Nous avons pris la parole à titre individuel lors d'un débat qui suivait une conférence sur le revenu de base (par un ex-conseiller de Montebourg, ce qui en dit long… il nous a cependant fait une version soft du Revenu de base, où la protection sociale était conservée), ce qui a un peu désarmé le conférencier, et a suscité des retours positifs du public (certaines personnes sont venues nous voir à la sortie pour nous dire que nos remarques étaient intéressantes…).

    • Autres types d’interventions

      Alternatiba a refusé notre participation, au motif que nous n'abordions pas assez l'écologie…

    Suisse :

    Le groupe n’existe pas encore formellement en tant que groupe régional de Suisse.

    Pour en développer un, nous avons commencé par organiser un séminaire fréquenté par une vingtaine de personnes au cours duquel nous avons exposé et discuté le livre « Émanciper le travail », de Bernard Friot et Patrick Zech. C’est de ce séminaire que deux décisions sont sorties : la mise sur pied d’un « groupe de pilotage pour la formation et l’autoformation » et la rédaction d’un concept de formation politique destiné aux personnes intéressées.

    Le groupe de pilotage compte aujourd’hui 9 membres d’origines diverses (trois sud-américains, un italo-français, 5 suisses). Il s’est réuni trois fois en 2015. Il s’est donné deux objectifs principaux :

    • étudier des paradigmes tels que le travail, les rapports sociaux, l’accumulation du savoir humain tels qu’ils sont aujourd’hui et construire notre propre vision de ce qu’ils devraient être demain ;
    • apprendre non seulement à entendre, mais aussi à écouter.

    Parallèlement à ces activités, le soussigné a été sollicité à plusieurs reprises par des syndicats (Sud, Unia, Syndicom) pour présenter notre activité et notre projet. Il ressort des discussions que nos thèses rencontrent un intérêt certain et méritent d’être approfondies.

    Le groupe de pilotage sera opérationnel dans le courant 2016. Nous commençons déjà à recruter des membres au Réseau Salariat.

    Rennes :

    Les contacts et actions de certains membres pré existaient à la constitution du groupe rennais, notamment en lien avec le « groupe Bretagne » concentré plutôt en Finistère. Ce qui fait un peu loin… La nécessité et le désir de fonder un groupe à Rennes et Ille-et-Vilaine se faisait donc sentir depuis plusieurs mois.

    Les premières réunions rennaises

    Différents échanges et événements ont permis le lancement de la première réunion le jeudi 25 février à 17h aux Champs libres où 12 personnes étaient présentes. Cette première réunion a donné lieu à des présentations de chacune et de chacun, et un tour de table sur les désirs pour la suite du groupe. Rapidement nous avons pu constater qu'il y avait une grande disparité d'appropriation et d'adhésion aux thèses, allant du « curieux » au militant convaincu ne quittant jamais son manifeste pour un statut du producteur (ou son T-shirt selon les gens).

    La deuxième réunion s'est déroulée avec les mêmes attentes, légitimes mais distinctes, des participantes et participants : envie d'action pour Réseau Salariat pour la manifestation du 9 mars Versus questionnement et/ou contestation des thèses, des termes etc. Les adhérentes et les adhérents ont donc décidé de scinder les types de réunion pour répondre à ces différentes attentes.

    3 types de réunions sont désormais organisées :

    • le premier jeudi du mois : réunion d'organisation entre adhérentes et adhérents (actions, organisation, structuration du groupe, matériel militant, gestion des contacts etc.)
    • le troisième jeudi du mois : réunion d'autoformation pour les adhérents et sympathisants, en vue d'approfondir notre maîtrise des thèses de Réseau Salariat.
    • des actions ponctuelles de sensibilisation et de débats autour des thèses

    Au moment où nous rédigeons cette présentation pour l'intégrer au compte rendu de l'AG 2016, nous sommes entre 5 et 8 personnes adhérentes et actives, présentes aux réunions d'organisation.

    Plusieurs actions ont déjà eu lieu

    (au-delà des échanges au sein du mouvement social actuel contre la Loi el Khomri) :

    • conférence le 11 février à Rennes 2 organisée par l'UEC (Réseau Salariat Pays de la Loire et Agathe de Rennes) : voir le compte-rendu du groupe Pays de la Loire. La salle était pleine, les réactions enthousiastes. Nous avons commencé à constituer une liste de diffusion pour les sympathisants locaux d'une quarantaine d'adresses.
    • rencontre-atelier entre Réseau salariat Bretagne (Loic du finistère, Katia de Rennes) et une dizaine de personnes du Mouvement Français pour le Revenu de Base
    • rencontre-atelier entre Réseau salariat Rennes (Agathe, Katia) et le mouvement Ensemble, organisé par Sylvie de Réseau Salariat et Ensemble
    • participation et animation (Katia Réseau Salariat Rennes et Chrystelle Réseau Salariat Finistère, organisée par Loïc du Finistère) d'une formation pour l'ensemble des adhérentes et adhérents, sympathisantes et sympathisants Bretagne le dimanche 10 avril. Cinq adhérents du groupe rennais y ont participé.

    Nous préparons la venue de Bernard Friot les 26 et 27 avril (conférence à l'université Rennes 2 et atelier avec des syndicalistes, des représentants des mouvements de précaires et chômeurs, des militants politiques pour articuler les thèses avec leurs revendications).

    Enjeux et perspectives

    • Un des enjeux à court terme est de mobiliser les personnes intéressées par Réseau Salariat via ces différentes initiatives. Nous savons qu'il y a un potentiel de personnes beaucoup plus important que celles que nous sommes pour le moment, tant en termes d'adhérentes et d'adhérents, que de sympathisantes et de sympathisants. Les discussions informelles lors de réunions politiques ou de manifestations nous confortent dans cette idée.
    • Les demandes d'interventions publiques sont nombreuses : les réunions d'auto-formation pourront pour partie être consacrées à l'entraînement à ces prises de paroles, argumentaires etc. Les autres temps d'autoformation seront dédiés à l'approfondissement des thèses.

    Les groupes-locaux en cours de constitution

    • Bordeaux Aquitaine
    • Picardie
    • Alsace
    • Lorraine
    • Bruxelles et Liège