Lettre aux sympathisants

April 17, 2015

    Lettre aux sympathisants

    Chers amis,

    Nous avons tenu le 28 mars dernier notre Assemblée Générale annuelle. Notre association se développe – ce qui prouve que nos idées répondent à une véritable urgence sociale - et l’année 2014 a été marquée par l’activité des groupes locaux animés par des jeunes militants très motivés.

    Vous trouverez ci-après le détail des activités des groupes locaux existants. Si cela vous tente de vous joindre à un de ces groupes il vous suffit d’aller sur notre site pour entrer en contact avec leurs responsables.

    Les 19, 20 et 21 juin nous organiserons une nouvelle session de formation. Cette session sera consacrée à la formation à la prise de parole en public pour exposer nos thèses de différentes manières, sérieuses (exposé, débat, interview, etc.) et ludiques (conférence gesticulée, etc.) Ces formations sont réservées à nos adhérents. C’est l’occasion pour vous de concrétiser votre sympathie pour nos thèses et notre action en adhésion.

    Vous trouverez sur le site toutes les informations concernant cette formation.

    A propos n’oubliez pas de consulter régulièrement l’agenda de notre site pour ne pas manquer les nombreuses initiatives que nous organisons ou auxquelles nous sommes invités à la demande de syndicats, d’associations et de formations diverses.

    Bien amicalement,

    RESEAU SALARIAT

    Rapport d’activité des groupes locaux

    Aujourd’hui, il y a 11 groupes locaux (Nord-Pas de Calais, Ile-de-France, Bretagne, Bourgogne, Pays de la Loire, Rhône-Alpes Lyon, Rhône-Alpes Grenoble, Limousin, Haute Garonne, Alpes-Maritimes, Liège).

    Il est impossible de rendre compte de leur degré d’activité, car l’intelligence collective ne se réduit pas au comptage des outils créés et des interventions réalisées. Le noyau atomique du groupe local est d’abord sa réflexion collective sur les pratiques d’éducation populaire (textes, vidéo, bandes dessinées, conférences, ateliers, conférence gesticulée…) mais aussi sur le fond (les propositions de Réseau Salariat, l’extension de la socialisation du salaire, de la qualification à la personne, les objections et les stratégies d’évitement du mouvement social) afin d’élaborer une programmation de l’activité du groupe local.

    La coordination nationale des groupes locaux a été instituée par le CA du 4 octobre 2015. Elle fournit le matériel militant de Réseau Salariat aux groupes locaux, fait le lien entre le CA et les groupes locaux, organise la rencontre nationale des groupes locaux à la veille de l’AG.

    A) Groupe de Belgique (Liège)

    Actions :

    • Nous avons distribué un tract de notre association lors de la grand’ messe syndicale du premier mai dernier
    • Nous avons reçu Bernard Friot (en partenariat avec Riposte et Barricade) pour la présentation de son dernier livre, L'émancipation du travail.
    • Nous animons un blogue et un site fb - la plateforme contre l'emploi (https://fr-fr.facebook.com/PlateformeContreLemploi) - qui, de manière indépendante, avec un ton parfois sérieux et parfois un peu moins sérieux, reprend les thèmes et les analyses du réseau salariat (il y a d'ailleurs une base de réflexion utilisable par tous, si vous y trouvez une inspiration)
    • Nous soutenons concrètement les actions de l'association pour l'abolition de l'article 63§2.

    Explications : Dans le cadre d'une réforme des salaires-prestations chômage en Belgique, le gouvernement précédent, Di Rupo, a décidé de supprimer de facto les allocations dites d'attente, les allocations de salaire-chômage des producteurs qui n'ont jamais eu d'emploi. Cette mesure ne figurait dans le programme d'aucun parti de la majorité. Depuis le premier janvier 2015, ce sont des dizaines de milliers de personnes qui perdent leur salaire dans un contexte de chômage de masse. Les premiers touchés sont les femmes célibataires et les travailleurs à temps partiel qui n'ouvrent pas suffisamment de droits pour pouvoir prétendre au chômage "normal". Des associations diverses se sont opposées à cette mesure mais les syndicats - pourtant censés représenter les chômeurs aussi - n'ont absolument rien fait pour abroger l'article qui entre en vigueur maintenant. Les syndicats réclament de l'emploi en Belgique, ce qui les rend sourds aux enjeux du salaire-chômage (je résume).

    B) Groupe de Bourgogne

    Depuis novembre-décembre 2014, nous sommes 3 adhérents à nous réunir une fois par mois sur Dijon, il y a 7 adhérents ou sympathisants en Bourgogne (nous ne disposons pas des listes) et nous allons contacter quelques autres personnes dont les coordonnées nous ont été fournies par des membres du RS.

    Nous avons pour projet de faire des ateliers autour des thèmes du Réseau Salariat, le format va être défini à partir des outils récupérés auprès de Loïc. De plus, nous allons rentrer en contact avec d’autres associations ou syndicats.

    C) Groupe finistérien

    En 2014, le groupe a compté entre 7 et 9 personnes, se réunissant tous les mois et demi environ. Ce groupe s'est constitué en 2013 sur l'idée de mettre en place des outils pour rendre accessibles les thèses de Réseau Salariat.

    La principale activité du groupe a été la création de vidéos, d'un lexique (toujours en construction) et d'un site hébergeant ces outils : http://www.reseausalariat29.infini.fr/siteRS29/site

    Voici les vidéos réalisées :

    • ­PIB1 ­ Répartition actuelle du PIB en France
    • ­PIB2 ­ Répartition du PIB selon Réseau Salariat
    • ­Bulletin de salaire 1 – Structure d'un salaire supérieur à 1,6 SMIC et exonération Fillon
    • ­Circuit secteur privé 1 – Circuit économique (simplifié) actuel du secteur privé
    • ­De la retraite… au salaire à vie – à la retraite les pendules s'arrêtent mais pas le salaire
    • ­Grève des retraités – Que se passerait-­il si les retraités se mettaient en grève ?

    Le groupe finistérien a participé à diverses manifestations et a, pour ces occasions, réalisé des tracts. Signalons par exemple sa présence :

    • ­à la foire à l'autogestion de Quimper (pour un stand, et une conférence gesticulée suivie d'un débat)
    • ­dans une librairie pour la présentation du livre « Abolir le chômage en finir avec l'emploi » de AC ! Quimper­ à la fête des sans à Rennes (stand) – à laquelle sont venus nous prêter main forte d'autres adhérent(e)s breton(ne)s.
    • ­ou encore en conférence gesticulée à Pont­Aven.

    Pour 2015, des outils sont en construction (nouvelles vidéos, poursuite du lexique) et une conférence gesticulée bretonne devrait voir le jour.

    D) Groupe de Grenoble

    Suite à une intervention de Bernard Friot dans le cycle Emanciper le Travail à la librairie bibliothèque Antigone en janvier 2015, un collectif d'une dizaine de personnes s'est constitué. Nous nous réunissons de manière informelle une fois par semaine et de manière plus formelle une fois par mois avec comme objectifs premiers qui sont en cours:

    • travail sur le vocabulaire utilisé, le lexique pour s'entendre entre nous;
    • le "qu'Est-ce que t'a pris dans ta gueule?" pour tenter de mettre en commun et en commensurabilité des expériences individuelles parfois très diverses en apparence
    • un travail de confection d'un petit conte à partir de Robinson, Vendredi, etc..
    • une réflexion sur un questionnaire qu'on pourrait distribuer aux "usagers" de Pôle Emploi et sur d'autres actions de terrain

    E) Groupe RS Île-de-France

    Le groupe Réseau salariat Île-de-France s’est constitué en juin 2014. Il compte aujourd'hui 34 membres avec un noyau dur d’une douzaine de personnes participant régulièrement aux réunions et actions. Il fonctionne de manière dynamique, ouverte (et informelle), avec des réunions régulières et une répartition au volontariat des tâches et interventions.

    Actions

    Le groupe a participé à différents types d’action dont le bilan s’est fait au fur et à mesure en réunion mensuelle.

    • Nous sommes intervenus sur des sujets aussi divers que le salaire à vie, le chômage, la Sécurité sociale, le CNR, à la demande d’organisations aussi variées qu’Attac, le Collectif National pour les Droits de Femmes, le collectif des Engraineurs, la Casa Poblano, les cafés politiques, la Semaine de l'Université d'éducation populaire, etc…
    • Nous avons tenu une table et tracté à plusieurs manifestions (contre l’Austérité, contre la loi Macron, pour soutenir la Grèce, pour le droit au travail et au revenu pour tous, pour la santé, etc.)
    • Nous avons tenu une table pendant plusieurs débats, festivals et fêtes comme le "festival des utopies concrètes ", la foire de l’autogestion, le "Village du livre" de la fête de l'Huma (Sept 2014), la fête des associations de Montreuil, le débat sur les perspectives d’avenir au Grand Parquet, le débat pour l’émancipation à la Java, etc.
    • Nous nous sommes invités, pour faire entendre la petite musique de RS, dans de nombreuses manifestations, débats ou colloques : Ars Industrialis, le travail est-il contre nature ?, Le travail, l’emploi et l’industrialisation, "la loi Macron pour nous c’est non", le festival du cinéma d’Attac, etc…
    • Nous avons participé à l’organisation de deux débats organisés à la libraire les tropiques, avec Bernard et F. Lordon dans un cas et Bernard, Christian Tirefort et Thierry Muller dans l’autre.
    • Nous avons organisé un atelier constituant en collaboration avec Les Citoyens Constituants, le but étant de travailler les thèmes de RS avec les méthodes de délibération des Citoyens Constituants.
    • Et enfin nous avons organisé dans la foulée de la fête de l’Huma où la conférence gesticulée a fait un tabac, une réunion de sympathisants qui a réuni 25 personnes.

    Le groupe a aussi commencé à travail sur les outils pédagogiques comme la traduction en anglais du Manifeste du Réseau Salariat la remise à niveau des pages de Wikipédia sur RS et ses thèmes, l’élaboration d’un tract expliquant le logo du Réseau salariat,

    Propositions et perspectives

    • Nous recherchons un local pour y établir une permanence et favoriser le travail collectif.
    • Nous allons mettre sur pied une formation d’intervenants. Une formation centrée "sur la personne" et non sur les contenus, même si les contenus resteront notre champ d'application. Nous utiliserons les techniques de l'entretien, du jeu de rôle et autres pratiques. L'objectif étant d'être des formateurs à l'écoute et convaincants.
    • Nous souhaitons une meilleure mise en commun des expériences et des travaux des différents groupes locaux, à travers le site, des réunions, des échanges et une plus grande représentation des groupes locaux au CA.

    F) Groupe local Midi-Pyrénées

    Le groupe local a été créé en Novembre 2014, autour de 5 personnes. Actuellement, on est une grosse dizaine mais un peu éparpillée : 5 à Toulouse, 1 à Montauban, 2 dans les Pyrénées, 1 dans le Lot… pour une trentaine d'adhérents en Midi-Pyrénées. On se réunit au moins une fois par mois, pour discuter sur les théories du Réseau Salariat, réfléchir à notre activité en tant que groupe local, s'organiser pour mener nos activités.

    Bernard Friot est venu deux fois à Toulouse mi-Janvier et mi-Mars, on a passé pas mal de temps à organiser ces deux venues : coordination entre les différentes organisations, organisation de la logistique des interventions, diffusion de l'information autour de ces interventions pour avoir un maximum de personnes présentes, aller chercher les livres à la librairie, tenues des tables pour vendre les brochures et les livres le jour-même.

    On a passé une bonne partie de nos réunions à nous auto-former autour de discussions sur des concepts du Réseau Salariat, souvent les interprétations divergent, mais ça reste très constructif.

    On a aussi passé du temps à accueillir les nouveaux arrivants, à apprendre à se connaître et à discuter de ce qu'on voulait faire dans le groupe local.

    Actuellement, nos projets se résument à :

    • Faire venir la conférence gésticulée à Toulouse.
    • Organiser une formation interne au RS dans le Lot.
    • Organiser des diffusions publics de films (par exemple "les jours heureux") suivies de débats.

    Les organisations avec lesquelles nous collaborons, pour l'instant (c'était essentiellement pour des formations avec Bernard Friot mais elles pourront sans doute nous aider dans nos projets) :

    • CGT – Airbus
    • Parti de Gauche
    • Union des étudiants communistes
    • Avanti Popolo (avantipopolo.org/)
    • Section SUD-éducation et SUD-recherche de l'Université Paul Sabatier.
    • Compagnie Nanaqui (mssv.free.fr/ )
    • Coordination des Intermittents et Précaires Midi-Pyrénées
    • Université Populaire de Toulouse
    • Université Populaire de Bordeaux
    • Espace Marx Toulouse

    On a manifesté avec des affiches du Réseau Salariat et on espère le refaire le 9 Avril 2015 pour une manifestation contre l'austérité. Ca a été relativement efficace en attirant la curiosité des manifestants à qui ont distribués des tracts et avec qui ont discutés quand ils étaient intéressés (bien meilleur pour le moral que la distribution massive de tracts à tout le monde).

    Dorian a fait une courte intervention dans une radio bordelaise sur "la clé des ondes" dans l'émission ACTonne animé par un collectif d'AC ! Gironde.

    G) Groupe Nord-Pas de Calais

    Pour l'année 2015 : nous sommes engagés depuis plusieurs mois dans la préparation d'une conférence gesticulée, suivie d'ateliers de formation, à la Bourse du travail de Lille. Nous organisons la venue de B. Friot à Béthune le 8 avril à la demande des Verts et interviendrons probablement le 12 avril, par le biais d'une projection-débat du dessin animé, à la coordination nationale des intermittents et précaires qui se tiendra à Lille ce week-end là. Nous avons pris contact avec les Amis du Monde Diplo afin d'organiser la venue du journaliste P. Rimbert (le 16 avril) et de permettre un débat autour de la thèse d'un « service public de la presse » financé par une cotisation. Enfin nous menons un travail de réflexion sur la notion et les pratiques d'éducation populaire, et sommes à ce titre en relation avec les membres de l'association Travail et Culture, qui dispose d'un savoir important sur ces questions.

    Au cours de l'année 2014, une projection-débat du dessin animé a tout d'abord eu lieu en mars dans un lieu de coopération et de mutualisation d'entrepreneurs indépendants. Nous avons également établi des contacts avec des groupes politiques et syndicaux : le PG nous a accueilli en mars, la CGT a montré son intérêt pour une formation ultérieure, dont le contenu reste cependant à définir. Nous avons par ailleurs noué des liens avec la librairie squattée « L'insoumise », haut-lieu de la pensée anarchiste lilloise. Les partisans du revenu de base ont accepté de nous rencontrer lors d'un débat public en mai dernier.

    Nous avons également songé un temps à participer à Alternatiba, un forum d'associations défendant des modes de vie « alternatifs ». Nous nous sommes cependant par la suite rétractés, constatant, d'abord, le manque de clarté des organisateurs du forum face à l'entrisme d'extrême-droite ; ensuite, que les partisans du revenu de base nous avait damé le pion. Nous avons organisé la venue de B. Friot début octobre à la demande de SUD étudiant-e, à l'occasion d'un débat sur la mutualité. En décembre, nous avons été invités par les intermittent-e-s et précaires en lutte. En janvier dernier, nous avons été invités par Nouvelle Donne à intervenir lors d'une projection-débat sur Pôle Emploi. M. Grégoire était également présent lors de ces deux derniers événements.

    H) Groupe Rhône-Alpes-Lyon

    Le groupe a organisé deux auto-formations le 22/02/2014 et le 29/11/2014, ainsi qu'une formation pour la CGT Education le 20/05/2014

    La formule "auto-formation" a quand même un certain succès, nous étions une quinzaine, venant de Lyon mais aussi de Bourg en Bresse, la Drôme, St Etienne etc., pour la dernière en février, avec un noyau de fidèles qui s'agrandit petit à petit. La formule est la suivante : un samedi de 9h à 17h dans les locaux d'une autre association, avec un repas pris en commun sur place en auberge espagnole. On propose un ou deux thèmes de travail et les participants peuvent aussi proposer des thèmes et/ou les présenter.

    Par exemple au menu de la dernière : un travail sur le projet de brochure monnaie-investissement, une présentation par Christine de l'état de ses recherches sur la fonction publique d'Etat, un décorticage de l'échange publié par l'Huma entre les deux Pierre (Laurent et Gattaz !), une discussion introduite par un participant sur l'impôt suite à la parution d'un numéro spécial d'Alter Eco, la présentation et discussion sur la vidéo du dialogue sur l'impôt et la cotisation rédigé par Christine.

    I) Christian se propose de créer un groupe en Suisse

    Je viens de Genève. Je suis ici pour essayer de créer une antenne, ou un groupe régional, du Réseau. Je vous connais au travers des travaux de Bernard Friot. Les thèses qu'il développe dans ses livres rejoignent en de nombreux points les miennes. C'est réjouissant de voir qu'on n'est pas seul.

    Après plus de 30 ans de militance syndicale dans des imprimeries où j'exerçais le métier de typographe, j'ai été propulsé à la présidence nationale du plus grand syndicat des média. Sur cette lancée je suis aussi devenu membre du comité présidentiel de l'Union syndicale suisse (USS). Là, j'ai très vite vu les limites, voir les petites mesquineries de certains dirigeants syndicaux. J'ai aussi assisté au lent déclin des la luttes syndicales, déclin au cours duquel les acquis des "Trente-Glorieuses" ont été copieusement laminés.

    J'ai aussi initié plusieurs tentatives de regroupements politiques, toutes ont été laminées dans un électoralisme sans principe.

    J'ai dès le début été convaincu qu'un corps théorique solide était indispensable, une sorte de refondation du marxisme. J'ai écrit pas mal de documents politiques. Certains se trouvent dans une home page à l'adresse http://www.travail-et-salariat.org. C'est presque par hasard, au gré de certaines rencontres, que j'ai été appelé à rédiger un livre "Manifeste pour un nouveau Contrat social" qui a fait des émules en Suisse. Malgré un réel ostracisme de la gauche et des extrêmes-gauches constituées en Suisse, le livre s'est vendu à près de 500 exemplaires, essentiellement en Suisse romande. Il semble que ce soit beaucoup pour un ouvrage classé dans les sciences humaines.

    C'est autour de ce livre que nous nous sommes constitués en tant que groupe politique, le MvRC (Mouvement vers la Révolution Citoyenne). Je me considère comme un marxiste qu'on dit iconoclaste.

    J'avais déjà entendu parlé des ouvrages de Bernard Friot. Certains amis m'ont signalé que nous creusions le même sillon. C'est pourquoi j'ai cherché à prendre contact. J'ai alors lu "Puissance du Salariat" et pris connaissance des thèses de base du Réseau salariat. Mon premier contact avec le Réseau salariat a eu lieu lors de l'Université d'été, un séminaire sur le travail. J'ai alors donné un "Manifeste" à Stéphane qui a établi le contact. Je sais qu'il reste beaucoup à faire, mais je suis persuadé que nous avançons. Au début nos thèses soulevaient un intérêt moqueur, maintenant elles intéressent un cercle bien plus large que le nôtre.

    J'espère apporter ma part à cette évolution.